top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurBMHB TV

La victoire face à Villers, « un acte fondateur » pour le Bassin Mussipontain

Avant d’attaquer le championnat de Nationale 3, les « minots » du BMHB ont passé le 1er tour de Coupe en poussant vers la sortie Villers, pensionnaire de N2. Un exploit qui pourrait conditionner la suite de la saison.


Après Bassin Mussipontain (N3) - Villers (N2) 30-28 Seul représentant meurthe-et-mosellan à avoir son rond de serviette à la table de la Nationale 3, le Bassin Mussipontain n’a pas tardé à se mettre en évidence en éjectant, samedi soir, le voisin villarois (30-28) de la Coupe de France fédérale. « Je savais que l’on avait les moyens de les embêter, mais de là à les éliminer…. », confie Jean-Christophe Ehlé. « Surtout que le week-end précédant, lors du tournoi organisé par le comité 54, on n’avait pas forcément brillé. Mais l’équipe a fait preuve d’une belle réaction d’orgueil. » Pourtant, en raison d’une concurrence féroce (Metz, Villers, Nancy HB), le BMHB ne fait malheureusement plus le poids sur le marché des transferts. « Depuis quelques saisons, on doit compter davantage sur la formation et la promotion interne », précise Jean-Christophe Ehlé. Autant dire que lorsque le Viking Alexis Van Der Weckene, un des piliers de l’équipe, a été expulsé suite à trois exclusions temporaires, les actions du BMHB se sont retrouvées au plus bas. Surtout que dans la foulée, Massaro portait l’avantage des Villarois à six longueurs (21-27, 50e) ! « Jusque-là, on était parvenu à bien tenir le coup », rappelle « JCE ». « On a longtemps tenu l’écart et on a même eu plusieurs balles pour revenir à trois buts. »


Dix dernières minutes de folie Mais alors que tout le monde pensait que la messe était dite, le BMHB a sorti dix dernières minutes de folie. « On a tout simplement été physiquement plus fort qu’eux », analyse le technicien scarponais. « On a beaucoup couru et on les a pris de vitesse. »


Ce n’est pas l’avis de certains villarois. « Les Scarponais ne jouent pas au hand ! », pestait après-coup Pierre Poncet. « Ils donnent des coups et font preuve d’un mauvais état d’esprit. »

Des propos dont s’étonne Jean-Christope Ehlé : « Je n’ai pas vu de mauvais coups. Le handball est un sport de contact. Et Villers doit s’attendre à devoir composer avec des défis physiques bien plus importants dans son championnat. La paire arbitrale a sévi des deux côtés (19 exclusions temporaires, 2 expulsions). Alors certes, il y a eu de l’engagement et les joueurs se sont beaucoup chambrés. Mais c’est du handball. En tout cas, ce match est un acte fondateur qui, j’espère, va porter ses fruits en championnat où on vise le top 5. »

339 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page